5 Bis Rue Ibnou Babik Quartier Racine,Maarif - Casablanca

Téléphone (+212) 610 - 792885

LLes interventions visant à désamorcer l’utilisation des corticostéroïdes inhalés (CSI) chez les patients atteints de maladie pulmonaire obstructive chronique (BPCO) sont nécessaires et bénéfiques, ont déclaré des chercheurs lors de la session d’affiches fédérales à la réunion virtuelle de mi-année de l’American Society of Health-System Pharmacists (ASHP).

L’ajout de l’inhibiteur de l’angiogenèse bevacizumab (Avastin) à l’osimertinib (Tagrisso) n’a pas réussi à ralentir la progression du cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) mutant de l’EGFRavancé qui avait progressé sous un traitement anti-EGFR antérieur, a montré un essai randomisé. La survie médiane sans progression (SSP) est passée de 12,3 mois avec l’osimertinib seul à 15,4 mois avec l’association, mais la différence n’a pas atteint la signification statistique.

La radiothérapie postopératoire (PORT) après une résection complète et après une chimiothérapie néoadjuvante n’a pas été associée à une augmentation de la survie sans maladie (DFS) par rapport à l’absence de PORT chez les patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC), selon les résultats de l’essai de phase III.

Une étude sur les résultats de la COVID-19 aux États-Unis renforce les rapports de la Chine et de l’Europe qui indiquent que les patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive (MPOC) et d’infection par le SRAS-CoV-2 ont des résultats pires que les patients atteints de COVID-19 qui n’ont pas de MPOC.

Des chercheurs de la branche médicale de l’Université du Texas à Galveston, Galveston, Texas, ont passé au peigne fin les dossiers de santé électroniques de quatre régions géographiques des États-Unis et ont identifié une cohorte de 6056 patients atteints de MPOC parmi 150 775 patients dont les dossiers indiquent soit un code de diagnostic, soit un résultat de test de laboratoire positif pour COVID-19.

Chez les patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), l’utilisation de statines n’était pas associée à un risque réduit d’exacerbation.
Les résultats suggèrent que les statines ne devraient pas être prescrites dans les soins primaires de routine pour réduire les exacerbations chez les patients atteints de BPCO sans autres indications.

La FDA a approuvé le seul produit biologique pour l’asthme sévère sans aucune limitation de phénotype ou de biomarqueur, ont annoncé vendredi les fabricants AstraZeneca et Amgen.

Le tezepelumab-ekko (Tezspire), un produit biologique de première classe, est indiqué comme traitement d’entretien complémentaire pour les patients âgés de 12 ans et plus souffrant d’asthme sévère. Il n’est pas destiné au bronchospasme aigu ou à l’état asthmatique.

Plusieurs traitements bronchoscopiques émergents ont le potentiel d’améliorer la qualité de vie des patients atteints de maladie pulmonaire obstructive chronique, a rapporté un chercheur lors de la réunion annuelle de l’American College of Chest Physicians. La dénervation pulmonaire ciblée est une nouvelle option thérapeutique prometteuse qui est sûre et pourrait améliorer les résultats cliniques selon l’investigateur Christian Ghattas, MD.

Une étude norvégienne montre que la rhinosinusite concomitante sans polypes nasaux (RSsNP) chez les patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est associée à une qualité de vie (QVLS) plus faible, spécifique à la maladie et liée à la santé. « La rhinosinusite chronique a un impact sur la QVLS des patients », a déclaré l’auteur principal Marte Rystad Øie, de l’hôpital universitaire de Trondheim, à Trondheim, en Norvège, à Medscape Medical News dans un courrier électronique.

« Nous avons constaté que le RSsNP dans la BPCO était associé à plus de problèmes psychologiques, à un fardeau symptomatique plus élevé de la BPCO et à une QVLS globale liée à la MPOC après ajustement pour la fonction pulmonaire, de sorte que le RSsNP a une pertinence clinique et [nos résultats] soutiennent des études antérieures qui ont suggéré que la rhinosinusite devrait être reconnue comme une comorbidité dans la MPOC », a-t-elle souligné.